Périlleuse technolâtrie

  • 0

Périlleuse technolâtrie

Category : Non classé

Que les individus soient en perte de repères dans un monde déboussolé, c’est à fois un cliché et un constat certainement globalement juste. Mais il est un vieux repère de la modernité qui a résisté contre vents et marées et constituera peut-être l’ultime d’entre eux : l’enthousiasme, la foi, voire la vénération pour l’évolution technique, qui prend aujourd’hui la forme des technologies numériques. Propagé par les politiques, les économistes et les médias, cet optimisme technologique (ou technoptimisme) nous aveugle et nous empêche de prendre la mesure des conséquences humaines et écologiques du déferlement numérique et robotique qui saisit l’humanité depuis une vingtaine d’années.

Selon Bertrand Méheust, nous sommes face à un « nouvel âge de l’esprit » que plus rien ne pourra arrêter sur sa lancée… sauf un effondrement de la mégamachine (ce qui ne saurait tarder). Savoir que tout cela se terminera un jour ne nous prémunit pas hic et nunc contre la dangereuse mutation anthropologique que cela implique, même si l’on fait partie – ce qui est mon cas – des derniers réfractaires du smartphone, condamnés à vivre avec amertume l’évanouissement à marche forcée d’un monde qui nous était jusqu’il y a peu familier. L’économie numérique représente bien une rupture majeure, et il serait vain de vouloir nous comparer aux époques antérieures. Rien de cyclique ici, sous le soleil de l’innovation, rien que du nouveau, comme l’on bien vu les camarades de Pièces et main d’œuvre. Entre fantasme et réalité, le transhumanisme, l’extropianisme et la singularité technologique représentent les bonheurs et accomplissements que nous promettent les techno-prophètes dans le courant de ce siècle. Pour ce, ils peuvent compter sur l’appui des « progressistes » de gauche comme de droite, qui voient dans toute extension des droits individuels des bienfaits que seuls des réactionnaires pourraient critiquer, même si ces droits passent de plus en plus par le truchement de la technoscience, comme, par exemple, les nouvelles techniques de procréation. Que faire ? D’abord décréter un moratoire sur l’innovation incontrôlée, puis organiser une désescalade technique, voilà une condition nécessaire pour reconstruire la cohésion sociale dans une société qui se voudrait démocratique, écologique et décente.

L’actualité des livres vient à la rescousse.

Dans Seuls ensemble. De plus en plus de technologies, de moins en moins de relations humaines (éd. L’Echappée, 2015), la psychologue et anthropologue du MIT Sherry Turkle (née en 1948) a étudié l’impact des nouvelles technologies en Intelligence Artificielle sur la « façon dont nous nous pensons, dont nous pensons nos relations avec autrui et le sens de notre humanité » (p.20). Pour ce, elle s’est appuyée sur deux cent cinquante observations cliniques, principalement d’enfants, d’adolescents et de personnes âgées.

La première partie traite de leur rapport avec les robots – aux doux noms de Tamagochis, Furby, AIBO, My Real Baby, etc… – pour constater la facilité avec laquelle nous projetons sur eux nos sentiments et avons des attentes démesurées sur ce qu’ils pourraient nous apporter en terme d’aide, mais aussi de réconfort, d’amitié et même de sexualité !

D’une part, la notion d’authenticité perd de sa substance au profit d’une nouvelle définition de la vie « à mi-chemin entre le programme inanimé et la créature vivante » (p.61). D’autre part, les êtres humains sont remis en cause dans leur capacité à prendre soin les uns des autres. Les robots, « nous sommes aujourd’hui prêts, émotionnellement et je dirais même philosophiquement, à les accueillir » (p.31). Ces « créatures » robotiques sont traitées comme des égaux et non plus comme des machines, elles sont placées sur le terrain du sens, « alors qu’elles n’en dégagent aucun. » Elles sont de plus en plus présentes dans les maisons de retraite où elles remplacent le personnel manquant ou défaillant. En majorité, les pensionnaires s’y attachent, rentrent en intimité avec elles. A l’argument selon lequel les machines ne peuvent éprouver d’affects, les roboticiens répondent sans rire qu’ils en fabriqueront un jour de manière synthétique.

« Il est tellement aisé d’être obnubilé par la technologie et de ne plus chercher à développer notre compréhension de la vie », conclut l’auteure (p.170).

La seconde partie concerne l’internet avec ses réseaux sociaux, ses jeux en ligne, sa Second Life et ses sites de confession. Les effets de leur omniprésence dans notre quotidien sont loin d’être négligeables. D’abord celui d’une attention fragmentée permanente aboutissant au multitasking (multi-tâches) chez les jeunes, cette faculté qui impressionne tant les aînés, alors que les études en psychologie montrent que lorsque l’on fait plusieurs choses à la fois, on fractionne son attention et on les fait toutes moins bien. Ensuite, un effacement de la frontière entre la vie professionnelle et la vie privée, quand le smartphone reste allumé jour et nuit. Même en vacances, le cadre américain reçoit environ 500 courriels, plusieurs centaines de textos et 40 appels par jour !

Résultat : faute de temps, tous nos interlocuteurs sont réifiés, nous les traitons comme des objets. Turkle a aussi étudié le cas des natifs numériques (digital natives), les générations nées après 1990 pour lesquelles le web représente un liquide amniotique non questionné. « Je suis connecté, donc je suis ! » Et alors ?, répondront les technoptimistes.

« Ce n’est pas parce qu’un comportement devient normal qu’il perd la dimension problématique qui l’avait auparavant fait considérer comme pathologique », précise l’auteure (p.283).

Les jeux en ligne et Second Life nous entraînent dans un monde virtuel fait de simulacres, qu’on finit par préférer à notre vie réelle, les plus accros y passant la moitié de leur temps de veille ! Nous en demandons moins aux êtres humains et plus à la technologie, à laquelle nous appliquons une pensée magique : tant que je suis connecté, je suis en sécurité, et les gens que j’aime ne disparaîtront pas. Facebook est un fauve insatiable qu’il faut alimenter en permanence de nouvelles « positives » sous forme de textes, de photos, de vidéos, qui envahissent la vie privée, dans une simplification et un appauvrissement de nos relations.

A la fin du livre, nous apprenons qu’aujourd’hui de plus en plus de jeunes Américains ont la nostalgie du monde d’avant la connexion généralisée, quand les parents étaient attentifs, investis et engagés envers leurs enfants. Un début d’espoir de révolte ? Ce copieux essai de 523 pages fait le point sur un phénomène toujours sous-estimé dans ses retombées sociétales. Et encore, Turkle n’aborde pas ici l’aspect anti-écologique de ces technologies. Que resterait-il bien pour les défendre ? Chers lecteurs de France, voilà un excellent sujet pour le bac !

Bernard Legros

Article paru à l’origine dans Kairos, revue technocritique belge, n°19 avril/mai 2015

Bernard Legros est enseignant, essayiste, membre de l’Appel pour une Ecole Démocratique et membre fondateur du Mouvement politique des Objecteurs de Croissance (Belgique)

 

 


Leave a Reply